La rue Jules Remy

7 jules remy-1

Il parcourut l’Hindoustan, le Tibet, découvrit les îles Hawaï et Honolulu et fut le premier Européen à avoir observé la religion mormone à Salt Lake City. Il aurait pu ignorer superbement ses origines de fils du modeste instituteur de Louvercy. Mais jamais Jules Remy n’a oublié sa campagne champenoise.
Né à Mourmelon-le-Grand en 1825 (l’église conserve un vitrail offert par les deux voyageurs), ce baroudeur de grand renom multiplia donc les expéditions ethnographiques, linguistiques et botaniques. Le plus souvent en compagnie d’un ami très cher, Julius Brenchley, surnommé le «gentleman explorer». Avec lui, depuis leur rencontre à Hawaï, il parcourut le monde jusqu’en 1871.
A l’âge de la retraite, Jules Remy vint s’installer à Louvercy où il fit construire une maison à l’architecture bien personnelle, «La Calmeuse» dominant la vallée de la Vesle (elle est toujours visible). Il y écrira une partie de ses nombreux ouvrages scientifiques. C’est là qu’il finit ses jours le 2 décembre 1893, avec la douleur de perdre une de ses filles de 18 ans. Il repose au cimetière de Louvercy.
Jules Remy a été l’un des scientifiques de son époque à avoir inspiré l’oeuvre de Jules Verne. Il est d’ailleurs cité dans «Les enfants du capitaine Grant» comme exemple d’explorateur.
7 jules remy-2

Deux photos de Julius Brenchley, surnommé ‘gentleman explorer’, Jules Remy le rencontra lors de son séjour à Hawaï ils effectuèrent de nombreuses expéditions ensemble et leur amitié ne s’arrêta qu’à la mort de l’anglais en 1871 :
Julius Brenchley montage

Extrait de « Récit d’un vieux sauvage pour servir à l’histoire ancienne de Havaï » rédigé par Jules Remy :
recits d un vieux sauvage
« Un soir du mois de mars 1853, Je débarquais à Honolulu, sur la côte occidentale de Havaii.
Parmi les nombreux indigènes accourus sur la plage pour me donner la bienvenue et pour tirer ma pirogue sur le sable, je remarquai un vieillard …… La figure de ce vieillard, d’une expression à la fois sauvage et attrayante, était creusée sur le front de rides profondes et régulières.
On m’apprit bientôt qu’il se nommait Kanuha, qu’il avait connu Cook et Kamehameha le grand.
Dès que je sus son nom et son âge extraordinaire, je me dirigeai vers Kanuha en lui tendant la main.
Cette attention le flatta et le disposa bien à mon égard. Aussi résolus-je de tirer parti de cette heureuse rencontre pour obtenir d’un témoin oculaire des renseignements positifs sur les mœurs havaiiennes avant l’arrivée des Européens. »

Extrait d’une lettre adressée à un de ses amis (la lettre complète qui remarquable et permet de mieux comprendre la « psychologie » de certains savants du IXXème siècle :
lettres d un voyageur
extrait lettre

Extrait d’un journal paroissial « récent » :
extrait journal paroissial

Photo du vitrail dans l’église de Mourmelon le Grand, il fut offert par les deux voyageurs :
vitrail mourmelon

Photo d’une page d’un herbier réalisé par Jules Remy et archivé à Harvard :
herbier

Jules Remy eut une certaine notoriété en tant que premier européen à avoir observé la religion mormone à Salt Lake City :
voyage au pays des mormons

La photo de Jules Remy ci-dessous date de 1879 et a été prise par Gustave Cosson, né à Saint-Dizier (Haute-Marne, France) le 18 décembre 1824 et mort à Bar-le-Duc (Meuse) le 8 mai 1896 (à 71 ans). C’est un photographe français qui exerça sous le nom d’artiste de « Gustave » d’abord à Paris de 1844 à 1855, puis à Le Mans(Sarthe) de 1856 à sa mort. Alors qu’il a laissé plus de 55 000 portraits dans les albums familiaux, il n’existe aucun portrait connu de lui ou de sa famille.
jules remy 1879

Photo d’un portrait de Jules Remy jeune exécutée au crayon en décembre 1851 :
portrait jules remy

La Calmeuse où il revenait entre deux voyages et où il finit ses jours dans la douleur d’avoir perdu sa fille aînée à l’âge de 18 ans :
la calmeuse


Fin de la balade historique.